Ahorita se habla español

Nous laissons Christopher à sa paisible vie d’artiste accompli et nous nous dirigeons vers Albuquerque pour une étape « technique ». Albuquerque n’offre pas le charme de Santa Fe mais, avec ces quelques 600.000 habitants, elle est la capitale économique du Nouveau-Mexique et c’est là que nous trouvons de quoi faire réviser la moto de Thibault et faire changer les pneus de nos deux bécanes. C’est que nous sommes pas loin des 20.000 kms parcourus depuis notre départ de Montréal!

A noter que, pour les férus de série télé, c’est à Albuquerque que Walter White produit ses pilules de métamphétamines dans « Breaking Bad »! Bon… ça a l’air d’être le seul intérêt de cette ville, quoique. Si vous y passez un jour, nous vous recommandons de loger chez Allegra, rugbywoman et charpentier/menuisier/ébéniste, dont la gentillesse et la vue depuis sa terrasse nous ont permis d’apprécier grandement ces quelques jours.

C’est donc avec des pneus tout neufs (et, « détail » imprévu, une pompe à essence neuve pour la moto de Chris) que nous nous dirigeons vers El Paso au Texas, ville frontalière, pour notre dernière nuit aux US. De l’autre côte de la frontière, délimitée par le Rio Grande, bien cantonné dans son canal de béton et ses barbelés, la ville de Ciudad Juarez nous impressionne déjà. Ville à la réputation sulfureuse, Ciudad Juarez souffre du trafic de drogue et de ses conséquences mortifères. Objectif donc, passer la frontière tôt le matin, faire tamponner le passeport, remplir les formalités d’usage pour la moto et tracer vers le sud loin… sauf que.




Sauf que dans ce sens-là, la frontière se traverse sans même qu’on vous arrête. On s’arrête quand même. Nous n’allons tout de même pas rentrer au Mexique illégalement! Un douanier nous indique que pour les formalités administratives, c’est plus loin, au « Kilometro 30″… tout droit, à 30 kms donc. Nous nous dirigeons donc vers tout droit à 30 kms. Cela se complique quand, au bout de 25 kms, il n’y a plus vraiment de tout droit… et à force de faire le tour de ce rond-point, nous allons finir par attirer l’attention. Nous prenons à gauche? à 30 kms rien… plus ou moins tout droit? 30 kms, 40 kms… toujours rien. A droite? euh… c’est les quartiers chauds. Ok, on oublie à droite. Ah! la Policia Municipal… Ah ok, c’était plus ou moins tout droit mais encore plus loin. « Gracias! » On y retourne. Une demi-heure plus tard, nous sommes à 60 km de la frontière, au milieu de nulle part. le demi-tour s’impose. Cool! La Policia Federal! Ils nous indiquent un poste de douane vers le sud à 30 minutes de route. « OK… gracias! » nous y allons mais ça commence à ne pas vraiment coller avec ce que l’on nous a dit à la frontière. Et nous arrivons donc… au « Kilometro 70″! Nous avons tout simplement contourné ce satané poste de douane! Demi-tour donc et… check-point de l’armée à qui nous expliquons tant bien que mal nos péripéties afin qu’il nous laisse passer. Il est 12h30, le « Kilometro 30″ est enfin là (nous avons passé la frontière à 8h30). A 14h30, les papiers en règle, nous nous dirigeons enfin vers Chihuahua, notre première étape. De Chihuahua, nous rejoignons Torreón puis finalement San Luis Potosi, que nous prenons le temps de visiter.

Nous nous dirigeons vers des climats plus tropicaux, ça se sent et ça se voit. Les nuages nous menacent régulièrement, nous offrent des spectacles de lumière incroyables mais la pluie nous épargne.

Il devient difficile de prendre des photos en roulant, une saute de concentration et c’est un nid de poules (voire d’autruches) qui peut vous envoyer aux fraises (aux cactus). Les routes sont tout de même en bon état, surtout que nous prenons, dès que possible, les autoroutes payantes, sûres et relativement entretenues. Mais ce qui se passe sur la route et autour, nous dépayse déjà! Les troupeaux de chèvres paissent au bord, la voie de droite est une bande d’arrêt d’urgence, les dos d’âne ne sont pas indiqués, les limitations peu respectés… une petite anarchie amusante à laquelle nous allons nous habituer vite!




Chihuahua


Torreón





San Luis Potosí est considérée comme le berceau de la révolution mexicaine et compte-tenu de l’architecture de son centre ville, elle est aujourd’hui candidate à la classification au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, de bonnes raisons donc d’y rester deux nuits et de s’y balader.

Plaza de los fundadores

Plaza de armas y el Catedral


Templo del Carmen de día

El Teatro


Santuario de Nuestra Señora de Guadalupe


Le Centre des Arts (ancienne prison)



Après 2.200 kms depuis Albuquerque, sans trop nous attarder, nous arrivons à Mexico City dans une des plus grandes agglomérations du monde, sous la pluie promise depuis quelques jours et qui nous échappait miraculeusement. Les motos au chaud dans un parking privé, c’est ici que commence réellement notre visite du Mexique! Hasta luego!



Bookmarquez le permalien.

4 Comments

  1. Et allez, maintenant une pompe à essence ! Non mais c’est quoi cette BM de m… qui tient pas 20.000 km sans rien changer ! Allez Tibo, dis aussi ce que toi tu as du changer : tout le moteur ? Le chassis ? La fourche ? Au moins un gros truc non ? Parce que là moi je m’inquiète, je te rappelle, Chris, que j’ai acheté la même que toi, car c’est TOI qui ma’a vanté sa fiabilité et tout et tout…

    • Rassure-toi Xav, Tibo a cassé… un clignotant. Ah si, il a changé sa chaîne et moi pas encore… Euh… des vis de son cadre se sont dévissés lors d’une session offroad. Ça énerve ça non ?
      Bon ça te rassure pas tellement ? Je comprends. Alors, j’ai eu le premier problème à presque 60 000 km. Je te conseille vivement de vendre avant ça ! Ça doit te laisser un peu de marge. À noter que la BMW est partie avec 22 000 km de plus au compteur. Si si, il faut le prendre en considération, je suis désolé.
      Néanmoins, et malgré les qualités évidentes de cette bécane, notamment en offroad où la Suz est nettement moins à l’aise ou encore au niveau consommation (particulièrement en conditions venteuses), j’avoue être légèrement désappointé…

  2. Holà chicos !!! Como siempre las fotos y los comentarios son estupendos !!! Aprovechar de todo sin moderacion y cuidaros bien… Muchos recuerdos

  3. Salut Christophe,
    Bienvenido a Mexico city o Al distrito federal.
    Si vous y êtes encore et si vous avez le temps, je vous recommande d’aller dej ou dîner au Bistrot l’Arlequin. C’est un pote français (on a fait nos études ensemble a Mexico), le patron. Il s’appelle Thomas. L’adresse:
    Alejandro Dumas 92, Polanco, 11550 Ciudad de México, Distrito Federal

    Bonne visite et faites attention a vous
    La bise
    Nelly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>