México Distrito Federal

Nous voici dans la mégapole mexicaine, México Distrito Federal (México D.F. en plus court, enfin Mexico quoi) pour une cure de béton et de pollution. Et de foule. Et de tacos. Et d’un joyeux bordel urbain. C’est l’occasion de rendre visite à Yann, l’ancien coloc de Chris qui nous offre le gîte pour une semaine, et de commencer à s’imprégner de la culture mexicaine.

Mexico, c’est une tostada géante ! Et bien copieuse. Une grosse galette de béton bourrée d’ingrédients divers et variés, nappée d’une épaisse couche de pollution. Pas forcément ragoûtante de prime abord. Mais une fois qu’on s’est accoutumé au piquant du jalapeño (qui fait transpirer les pommettes de Chris, curiosité génétique, et qui pique les fesses de tout le monde, sans distinction), on se dit qu’on en reprendrait bien une bouchée. Bizarre ? Non, c’est plein de bonnes choses une tostada ! Prêts à en croquer un bout ? Bon appétit !

L’entrée en matière passe par un peu de verdure, ça rend la ville plus digeste. On n’est pas des goinfres non plus.

Parque México


Bosque de Chapultepec

Stands de vente en tout genre dans le parc

Il y a de la vie sauvage, enfin presque, dans cette ville

Léger voile de « contaminacion » ?

Castillo de Chapultepec (Museo Nacional de Historia)

L’histoire du Mexique nous est peu connue, et nous profitons d’une visite au Museo Nacional de Historia pour une rapide mise à niveau. Des civilisations préhispaniques jusqu’à la révolution de 1910, en passant par les conquistadores, la guerre avec les Etats-Unis qui l’amputera de 40% de son territoire, une expédition française qui cherchera l’installation d’un empire catholique face à la puissance grandissante des Etats-Unis protestants, et plus tard les luttes entre révolutionnaires, dont l’écho Zapatiste résonne encore aujourd’hui, sans parler de la lutte actuelle contre les narcotrafiquants, l’histoire comme l’actualité du Mexique est riche et pour le moins mouvementée.






L’aigle dévorant un serpent, symbole issu de la culture aztèque et repris sur le drapeau national

Monumento de Los Niños Heroes

Après cette mise en bouche, nous nous lançons avec Yann dans la visite du Centro Historico.

Zocalo, Centro Historico


Catedral Metropolitana, plus grande cathédrale des Amériques



Le marché bat son plein sur le parvis de la cathédrale

Bain de foule. Pour saisir l’ambiance, ajoutez une confusion sonore mêlant musique latino lancinante, orgues de barbarie déchirant les oreilles, vendeurs ambulants clamant haut et fort leurs meilleurs prix tout en démontrant la capacité de nuisance sonore de leur camelote, et quelques sirènes de police pour rythmer le tout. Mexico est une ville bien vivante ! On ne ferait pas ça tous les jours, mais il y a un certain plaisir à se mêler à une foule bigarrée dans une ambiance bon enfant de temps en temps.

Palacio de Bellas Artes


Métro parisien ? On a dû se tromper de correspondance à un moment


Bureau de poste du Centro Historico. Pas à dire, un beau bureau de poste.

Balade dans la foule d’un samedi de veille de fête de l’indépendance. De quoi vous mettre la tête à l’envers.

Après quelques jours à visiter Mexico et quelques bons bains de foule, le besoin d’air se fait sentir. Le site historique de Teotihuacan, à 50 km au nord de la ville, permet de s’offrir un bol d’air frais. Et accessoirement de visiter la capitale d’un empire qui a connu son apogée dans la première moitié du premier siècle de notre ère, et qui a laissé derrière lui rien de moins que la troisième plus grande pyramide du monde.

Teotihuacan

Pyramide del sol à droite et pyramide de la luna au fond

Pyramide de la luna

Perspective sur la calzada de los muertos (l’allée des morts) depuis la pyramide de la luna. Le nom donné à cette allée provient des Aztèques, qui ont découvert la ville plusieurs siècles après que la civilisation qui l’a fondée n’ait disparue, et qui voyaient des tombeaux dans les monuments la bordant. Il semble que ce fut en réalité des temples et des demeures de la noblesse de l’époque.


Pyramide del sol

Chris s’essaie à la coutume locale, salutation au soleil du haut de la pyramide du même nom. On apprend peu après que, malgré les premières interprétations des espagnols, des études plus récentes montrent que l’édifice était en réalité dédié au dieu de la pluie. Entre une allée des morts qui n’en est pas une, et une pyramide du soleil qui est en fait une pyramide de la pluie, on s’y perd un peu. Bon, bref, salutation aux nuages alors.

On finit notre séjour à Mexico par une visite du sympathique quartier de Coyoacan, où ont notamment vécu Frida Kahlo et Diego Rivera. Pas de chance pour nous, le musée Frida Kahlo est fermé le jour de l’indépendance.

Mais le quartier vaut bien le détour pour son style colonial et ses vieilles demeures, comme pour l’animation et l’ambiance de détente qui y règnent.



Manèges à l’ancienne. Le principe : un vieux générateur, une roue de voiture chaussée d’un pneu hors d’âge pour la transmission, et c’est parti ! La tête en bas, le derrière en l’air, c’est super ! Mais sans nous, on a une grosse tortada sur l’estomac là.

Notre séjour à Mexico arrive déjà à sa fin, il est temps d’enfourcher à nouveau nos motos. Une vie ne suffirait pas pour connaître México D.F., et cela fait trop longtemps qu’on n’a pas roulé, on commence à s’encroûter là. Demain, nous essaierons de nous frayer un chemin hors de la jungle urbaine, en direction du sud et de la jungle végétale !

Encore MERCI Yann, Cécilia et Josué pour votre hospitalité !

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>